Lycée Jean Perrin, ces 60 derniers jours

Site du lycée



mardi 15 juin 2021

  • Finale académique de Course en cours

    Mardi 18 c'est tenu en présentiel la finale académique de Course en cours.
    Le lycée était représenté par 3 équipes d'élèves de seconde 2, à l'issue de la compétition, l'équipe Piston-Team a fini 3ème, les CHIMI-HI sont 5ème et les DARKBULL 6ème.

    Pour sa 11ème participation au concours Course en cours le lycée Jean Perrin a inauguré le retour au présentiel lors de la finale académique qui s'est tenue à l'IUT de Mantes le 18 mai dernier.

    Un petit retour en arrière, cette année 4 équipes d'élèves de seconde 2 ont relevé le défi de créer une écurie de formule 1 modèle réduit dans le cadre de l'enseignement de sciences de l'ingénieur et du concours Course en cours.

    Chacune a développé une identité à travers un logo, des couleurs, un stand et une voiture. Ils ont dû faire preuve de créativité et de rigueur à toute les étapes du projet, des premiers traits d'esquisse de la voiture à la conception avec le logiciel Solidworks, de l'idée à la concrétisation du logo, du stand, des tenues.
    4 équipes mais seulement 3 places étaient réservées au lycée pour la finale académique, une compétition interne a eu lieu d'où les équipes Piston-Team, Chimi-hi et Darkbull sont sorties gagnantes.

    Le jour de la finale académique du 18 mai,

    les épreuves se sont enchaînées, le montage des stands,

    l'homologation des voitures, l'exposé technique devant un jury, l'exposé financier et écologique dans les stands,

    les essais sur piste,

    et enfin la course.

    Nos 3 équipes se sont bien défendues sportivement, elles réalisent parmi les meilleurs temps des essais et les Piston-Team terminent à la troisième place au général.

    Le concours s'achèvera le 2 juillet par une matinée de karting qui récompensera les équipes participantes de la finale académique .


jeudi 10 juin 2021

lundi 7 juin 2021

  • Semaine autour de la Première Guerre mondiale au CDI

    Chaque année, l'historien Gérard Lachaux (Histoire et découverte) propose une exposition dans notre établissement pour mieux comprendre la Première Guerre mondiale (1914-1918). Cette exposition est particulièrement adressée aux élèves de Première du lycée qui étudient cette période dans leur programme d'histoire.

    L'exposition retrace les grandes étapes de la guerre mais également l'évolution des armes de guerre, la multiplication des lieux de combats (sur mer, dans les airs) ou encore la participation des civils dans une guerre totale.

    M. Lachaux reste à la disposition des élèves pour répondre à leurs questions et pour présenter les nombreux objets présents dans l'exposition qui témoignent de la violence des combats.

    Un ouvrage de M. Lachaux sur la Première Guerre mondiale

    Lors d'une séance, M. Lachaux a également présenté le contenu du havre-sac du soldat français. D'environ 30 kg entièrement garni, le havre-sac permettait au soldat de transporter tous les accessoires nécessaires à sa vie sur le front et dans la zone des armées comme des rations alimentaires (café, haricots, boite de "singe", c'est-à-dire du bœuf), une trousse de toilette (savon, brosse à dents, rasoir), son livret militaire... D'autres objets non-règlementaires portés par les soldats apportent un témoignage sur la vie et sur les difficultés quotidiennes des "Poilus" : bougie, réchaud à alcool, papiers à cigarette ou à lettres, jeux de carte, objets sculptés...

    Par la présentation détaillée du contenu du havre-sac, la vie du "Poilu" est évoquée de manière concrète et originale.
    Compte-rendu de la classe de 1ère STI2D3



vendredi 4 juin 2021

  • Intervention sur le génocide des Tutsi

    François Graner, directeur de recherche au CNRS (centre national de la recherche scientifique), est intervenu le jeudi 3 juin 2021 au lycée Jean-Perrin, pour expliquer la responsabilité de la France lors du génocide des Tutsi entre avril et juillet 1994.

    Il a commencé par expliquer son métier de physicien ainsi que les études qu'il a faites pour y parvenir (doctorat en physique quantique). Il nous a présenté son sujet d'étude lors de son post-doctorat au Japon : la régénération de l'hydre d'eau douce.

    Ensuite, il a abordé son travail avec l'association "Survie". C'est une association qui produit des travaux sur ce qu'elle estime être la "complicité" de la France dans le génocide des Tutsi. Il a expliqué qu'il avait voulu accéder à des archives civiles produites par l'Elysée sous le deuxième mandat de François Mitterrand (1988-1995) mais couvertes par le "secret défense". Il a d'abord essuyé un refus de la part des mandataires de Mitterrand puis les a reçues au compte-goutte après avoir fait des démarches devant le Conseil Constitutionnel et le Conseil d'Etat. A l'heure actuelle, les archives militaires de cette période ne sont pas toutes ouvertes.

    Selon M. Graner, François Mitterrand et son entourage ont soutenu le régime génocidaire des extrémistes Hutu pour maintenir le Rwanda dans la zone d'influence française en Afrique et cela malgré la nature dictatoriale de leur régime. Il nous a dit que la Belgique, au contraire, avait retiré ses troupes et son soutien à ce régime pour cette raison.

    En ce qui concerne le déroulement du génocide, il nous a rappelé que la machette avait été utilisée pour la moitié des morts alors que souvent dans les médias, le génocide des Tutsi est présenté comme quasi intégralement perpétré à la machette pour couvrir le soutien de l'Etat français à l'armée rwandaise (dans la fourniture d'armes).

    Il a repéré dans le manuel une formulation qu'il juge inexacte : "massacre des Tutsi et des Hutu modérés". Selon lui, les crimes contre les Hutu devraient davantage être qualifiés de crimes politiques alors que pour les Tutsi , l'intention est bien l'extermination au nom de ce qu'ils sont et non pas de leurs opinions politiques. De plus, il critique l'adjectif "modéré" en prenant l'exemple de la Première Ministre Hutu qui a été assassinée au début du génocide, et qui voulait transformer la société pour la rendre plus démocratique ; selon lui, elle ne se serait pas qualifiée de "modérée".

    La très grande majorité des élèves a été intéressée par ce travail de recherche d'une brûlante actualité car le Président Emmanuel Macron a reconnu la semaine dernière à Kigali la "responsabilité accablante de la France " dans ce génocide. Il a promis aussi de traduire en justice les Hutu extrémistes qui vivent en exil en France comme la veuve du Président Habyarimana.

    Classe de TG2.


jeudi 3 juin 2021

  • La Police nationale recrute 3 500 gardiens de la paix en 2021

    « Protéger, le plus beau des métiers »

    Vous êtes titulaire du baccalauréat, ou vous le passez en juin, et vous souhaitez devenir gardien de la paix ?
    Les inscriptions au concours gardien de la paix 2021 sont ouvertes jusqu'au 16 juillet.
    N'attendez pas, inscrivez-vous dès aujourd'hui !

    Gardien de la paix : un métier aux cent mille visages Police secours, sécurité publique, police judiciaire, RAID, CRS, police scientifique, assistance, auditions, investigations, interventions, sauvetages, maintien de l'ordre, sécurisation : autant de métiers et de missions qui font du gardien de la paix un policier aux 100 000 visages.

    Les gardiens de la paix peuvent progresser dans leur carrière grâce à des examens professionnels et passer des qualifications pour se spécialiser.
    Il leur est également possible de passer les concours internes d'officier de police ou de commissaire de police.

    Dates d'inscription aux concours de gardien de la paix (interne et externe)
    Concours externe (+ de 3500 postes à pourvoir) Du lundi 17/05/2021 - 08:00 au vendredi 16/07/2021 - 18:00
    Premier concours interne (ouvert à l'ensemble de la fonction publique) – nouveau ! Du lundi 17/05/2021 - 08:00 au vendredi 16/07/2021 – 18:00
    <script async src="//www.instagram.com/embed.js"></script>

mercredi 2 juin 2021

  • Festival de la création du jeu vidéo de Jean PERRIN

    Après le festival de l'éducation du futur International de Fusion Jeunesse du 28 mai et celui de France du 10 juin, nous remettrons les prix du meilleur jeu vidéo créé à Jean PERRIN le 11 juin 2021.

    Une vingtaine d'élèves de 7 classes différentes se sont retrouvés tous les vendredis après-midi que ce soit en présentiel ou en live pour créer 5 jeux vidéos originaux durant environ 40 H.

    Des talents ont pu s'exprimer aussi bien sur le graphisme que sur la musique ou encore le scénario, la programmation ou la conception du jeu.

    Nos élèves ont relevé le défi avec brio et certains se sont déjà distingués sur le Festival Fusion Jeunesse international.

    Sur une centaine de jeux en lice, le jeu KASE NO SAMOURAÏ a obtenu le prix de l'Exploration musicale recherchée, le jeu SLIME DUNGEON a obtenu le prix de l'Excellence de la démarche et le jeu JUST A DREAM a été nominé pour le prix des Mécaniques de jeu ingénieuses.

    C'est exceptionnel !!!!


    Il reste à décerner le prix du public et là nous avons besoin de vous pour obtenir des votes. Vous pouvez, avant le 10 juin, aller sur la galerie des jeux vidéo, rechercher ceux du lycée Jean PERRIN et attribuer votre coup de cœur pour celui que vous préférez. Attention : 1 seul vote est possible.

    Vous pouvez les tester à loisirs avant de prendre votre décision.

    On compte sur vous !

    <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

mardi 25 mai 2021

jeudi 20 mai 2021

  • La campagne de bourses 2021-2022 est ouverte...


    La campagne de bourses 2021-2022 est ouverte du 17 mai au 6 Juillet 2021.

    Cette campagne concerne :

    • Les élèves qui entreront en 2nde à la rentrée de septembre 2021 (quel que soit le lycée d'affectation)
    • Les lycéens non boursiers en 2020-2021 qui seraient susceptibles de l'être pour la rentrée 2021-2022.
    Calendrier des demandes de bourses
    Demande papier du 17 mai au 6 juillet 2021 Dossier papier à déposer dans votre établissement actuel (collège où lycée)
    Demande en ligne du 28 juin au 6 juillet 2021 Demande Téléservice


mardi 18 mai 2021

  • 2 élèves de Jean Perrin aux Etats Généraux de l'éducation

    Les États Généraux de l'Éducation ont permis l'émergence de propositions autour de sept défis éducatifs :
    @ Mieux accompagner les enfants dès le plus jeune âge ;
    @ Créer et valoriser des parcours de réussite différents (apprentissage, orientation...) ;
    @ Valoriser et accompagner les parents dans leurs responsabilités éducatives ;
    @ Adapter l'éducation au monde et aux métiers qui évoluent ;
    @ Aider les jeunes les plus fragiles à bien partir dans la vie ;
    @ Améliorer la gouvernance de notre système éducatif ;
    @ Attirer et fidéliser les talents dans le secteur éducatif ;

    Les États Généraux de l'Éducation permettent une grande mobilisation citoyenne pour contribuer à améliorer l'éducation en France. Cette démarche inédite rassemble partout sur le territoire, des citoyens et des acteurs de terrain pour construire ensemble des propositions concrètes en matière d'éducation. Elles seront remises aux pouvoirs publics le 1er juillet 2021 à la Maison de la Radio à Paris.

    Ce jeudi 20 mai 2021, nos deux jeunes, invités par l'association Fusion Jeunesse, participaient à l'une des étapes intermédiaires. Ils ont eu la tâche ardue de défendre leurs idées face à 6 autres membres par commission. Sur les 49 membres des 7 commissions, il y avait seulement 4 jeunes.

    Linh participait à la commission sur la parentalité. Il s'agit du défi éducatif N°3 des États Généraux. Le thème est : "Comment aider les parents à exercer leur rôle ? "
    Les débats permettront de choisir 3 propositions parmi les suivantes :

    • Créer des lieux ressources « Familles et parentalité » pour les familles et les
      acteurs éducatifs.
    • Multiplier les ateliers parents, notamment dans les lieux d'éducation.
    • Donner un socle commun de formation à tous les
      professionnels de l'éducation pour renforcer la relation avec les parents.
    • Intégrer « le travail avec les parents » dans le temps de travail, la
      rémunération et l'évaluation des acteurs éducatifs.
    • Mieux prendre en compte la parentalité dans les entreprises.
    • Nommer un "référent parentalité" dans les structures scolaires, santé,
      associatives qui accueillent enfants et jeunes avec un rôle de coordination.
    • Lancer une plateforme numérique géolocalisée pour faciliter l'orientation et la
      coordination, contenant les ressources et lieux d'accueil pour les parents et les professionnels.
    • Généraliser un « parcours parentalité et santé ».
    • Mettre en place un « guichet unique » pour faciliter les démarches
      administratives des parents, notamment pour l'accès aux bourses.
    • Que les familles les plus démunies avec des enfants scolarisés aient accès à des
      tarifs ou crédits internet à prix modéré en fonction des revenus familiaux.
    • Utiliser les médias pour faire découvrir qu'une autre forme d'autorité est
      possible et y acculturer progressivement les parents et la société
    • Apporter du soutien aux parents dès la grossesse et leur permettre de
      développer leurs compétences relationnelles.
    • Créer une aide, indexée sur les revenus, pour faciliter l'accès de tous les
      parents à des espaces d'écoute, d'échanges entre parents, de formation à la connaissance des besoins de l'enfant et aux compétences relationnelles.
    • Créer une aide pour permettre à tous les parents qui le souhaitent, d'accéder
      à des séances de thérapie pour travailler sur leurs blessures d'enfant, quel que soit leur revenu.

    Alexandre participait quand à lui à la commission sur la fragilité des jeunes. Il s'agit du défi éducatif N°5 des États Généraux. Le thème est : "Comment aider les jeunes les plus fragiles à bien partir dans la vie ?"
    Les débats permettront de choisir 3 propositions parmi les suivantes :

    • Former les équipes pédagogiques aux besoins spécifiques des jeunes les plus
      fragiles et aux formes d'accompagnement appropriées.
    • Mettre en place une école « ouverte » travaillant en partenariat avec les
      familles et tous les acteurs éducatifs locaux dans une démarche inclusive
    • Valoriser le jeune comme acteur de son éducation et de son territoire
    • Développer les interventions de binômes d'enseignants dans les classes
    • Faire de la « Priorité maternelle » une réalité.
    • Former dans chaque établissement un référent « posture soutenante » pour
      mieux accompagner les jeunes en fragilité.
    • Développer des « Tiers lieux de l'éducation ».
    • Diversifier le recrutement des enseignants.
    • Faire de l'orientation une priorité éducative nationale à travers « les cités de
      l'orientation ».
    • Proposer à chaque jeune et famille en fragilité un référent sur qui compter
      dans la durée.
    • Développer des séjours éducatifs en immersion.
    • Que le Ministère de l'Éducation Nationale définisse un protocole d'intervention
      à appliquer auprès de chaque élève en décrochage.
    • Que chaque élève de seconde ait accès à 1 ordinateur proposé à prix modéré
      en fonction des revenus familiaux.
    • Qu'une proportion donnée d'étudiants boursiers soit exigée dans les écoles de
      la Conférence des Grandes Écoles.
    • Que les grandes écoles s'engagent à trouver des solutions de financement
      pour leurs étudiant.e.s boursiers admis à leur concours d'entrée.

    Voir tous les défis votés en commission ce jeudi.


  • Autour de Notre Dame : un projet culturel inter-filières !

    Le Projet Artistique et Culturel (PACTE) Notre-Dame fait suite à l'incendie qui a touché l'édifice en avril 2019. Il vise à ouvrir la réflexion et l'imagination des élèves à partir de l'histoire et des enjeux liés à cet édifice, dans divers domaines : histoire, architecture, enjeux de société, ainsi que la façon dont les arts, de la littérature au cinéma en passant par la peinture, se sont emparés de l'image de Notre-Dame.

    Pour ce faire, les élèves de 2de SN, 1G1 et 1G2 ont réalisé des restitutions artistiques qui sont exposés au CDI :

    - des panneaux sur les enjeux environnementaux de la reconstruction de la cathédrale Retour ligne manuel
    - des panneaux sur l'influence de la cathédrale dans les arts Retour ligne manuel
    - des rosaces en python Retour ligne manuel
    - des rosaces imprimées en 3D ou découpées au laser Retour ligne manuel
    - des rosaces en vitrail

    Un formidable travail ! Bravo à chacun !

    <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
    <script async src="//www.instagram.com/embed.js"></script>

    > Voir aussi : les élèves ont réalisé des rosaces en code python dans le cadre de ce projet.


Filtre

Du site syndiqué

  • Lycée Jean Perrin